Transversalité

Comment transformer l’entreprise ? En responsabilisant les salariés

Malgré une bonne santé économique, une entreprise connaît de graves dysfonctionnements internes.
Un audit permet de déceler des tensions chez les salariés, un manque de communication de la direction générale, et des incompréhensions entre le siège et les filiales.
Le projet de départ, établir une charte des valeurs, est alors suspendu afin de remédier à ces problèmes.
Grâce à l’écoute active et une communication rétablie, un socle de valeurs, reconnu par tous est accepté.
L’entreprise reprend un nouveau cap organisationnel. Plus transverse, plus participative, elle donne une nouvelle place aux
salariés, qui grâce à un transfert de compétences, prennent la direction de projets.
Les valeurs, l’écoute et la communication sont à l’origine ici d’un changement du management et permettent de lancer une dynamique.

Auteur:  Agnès Volle     10 pages   Parution: Transversus n°7

De l’hôpital mécaniste à l’hôpital organique

Les contraintes financières et humaines, quel que soit le contexte économique et social, nous obligent à réformer profondément les structures hospitalières pour améliorer leur performance.
Cette nécessité est encore plus marquée pour les établissements de santé universitaires, qui remplissent une mission de soins, de recherche, et d’enseignement.
Historiquement, la priorité a souvent été donnée aux spécialités médicales et l’organisation de l’hôpital était calquée sur les départements.
Mais le modèle d’organisation en départements n’était pas toujours optimal et risquait de mettre au deuxième plan le service aux patients, aux familles et à la société.
Une nouvelle forme d’organisation, le modèle de programmes clientèles, a été introduite en Amérique du Nord pour mieux répondre à ces différents besoins. Ce type d’organisation « programmatique » est centré sur les patients et permet de mieux adapter les ressources en fonction des besoins cliniques.
Dans ce modèle, toutefois, il faut également faire avancer la recherche, améliorer l’enseignement, et favoriser les synergies
avec les réseaux de santé.
Le CHU Sainte-Justine a été un des pionniers dans l’implantation du modèle d’organisation programmatique au Québec. Il a traversé tous ces cycles de transformation durant les quinze dernières années.
Certaines limites de ce modèle ont cependant été mises en évidence durant ces dernières années. Aujourd’hui, le CHU est en marche vers un nouveau type d’organisation, plus flexible, s’inscrivant dans une vision d’entreprise organique.

Auteur: Fabrice Brunet      14 pages    Parution: Transversus n°5

Faire coexister l’ancien et le nouveau dans les organisations : comprendre pour transformer

Les démarches d’organisation et d’informatisation considèrent le plus souvent que l’entreprise forme un tout homogène, ce qui reste l’exception.
Une entreprise est plus fréquemment composée de domaines d’activité confrontés à des objectifs et des contraintes qui leur sont propres. Ils se trouvent alors positionnés dans des stades différents de gestion et d’organisation. Ces
stades caractérisent à la fois les leviers dont ils disposent et le niveau de ressources qui peuvent leur être affectées, notamment informatiques.
Nombre de difficultés et d’échecs trouvent précisément leur origine dans les gaps créés par ces différences de positionnement

Auteur: Henri Chelli   14 pages   Parution: Transversus n°4

Le Lean Management : un levier efficace de performance du secteur public local

Les collectivités se doivent d’améliorer leur performance pour répondre aux évolutions des besoins des usagers et aux attentes en termes de développement des territoires dans un contexte de ressources contraintes.
Notre expérience accumulée depuis 15 ans, tant dans le secteur privé que dans le secteur public (Etat, collectivités et établissements publics) nous a permis de constater les apports du Lean dans l’amélioration de l’efficacité opérationnelle
des organisations.
En bousculant les idées reçues et en s’appuyant sur la notion de création de valeur pour le bénéficiaire, la démarche ouvre la voie de la mise en place de l’amélioration continue au sein de l’administration avec des bénéfices aussi bien pour les usagers que pour les agents eux-mêmes.
Pour assurer la réussite d’une telle démarche en environnement public, le portage managérial reste primordial, tout comme la mise en place d’une infrastructure de management solide.

Auteurs: Cédric Schoenecker  Delphine Lefevre    10 pages   Parution: Transversus n°7

Prévenir les risques de fraudes et d’évasion de revenus : le cas de la fraude dans les télécommunications

Cette présentation s’inspire des leçons tirées d’une longue pratique locale de la lutte antifraude et du Revenue Assurance au sein d’une entité regroupant des activités commerciales internes et externes, des activités techniques et entretenant de
fortes dépendances avec d’autres entités nationales et internationales d’un groupe de télécommunication.
Il s’agit, d’une part, de dresser le bilan d’une expérience, et d’autre part, de montrer comment le système de lutte et de prévention de la fraude que nous avons mis en place s’agence avec notre environnement organisationnel et opérationnel.
Avec le temps, et sous le poids des événements, le système de lutte antifraude que nous nous proposons de décrire, se mue progressivement en un dispositif pérenne et intégré visant à sécuriser les équilibres financiers et l’image de marque de l’entreprise.
Afin d’illustrer notre propos, nous évoquerons d’abord le contexte historique qui a permis l’émergence de nouvelles pratiques frauduleuses et aborderons ensuite les dimensions juridiques et économique de la fraude.
Ensuite, nous verrons comment les récentes évolutions légales et réglementaires façonnent l’environnement de contrôle de la fraude.
Nous décrirons enfin les composantes humaines, techniques et organisationnelles de notre système antifraude en exposant préalablement les fondements du cadre conceptuel qui inspire cette construction.

Auteur: Mimoun Attias   15 pages  Parution: Transversus n°6

Qualité, transversalité en service public

La direction de la rédaction de TRANSVERSUS interviewe ici Brigitte Minette Tiberghien, responsable Qualité de service et innovation au MINEFI1.
Elle nous fait partager ses vues sur les dynamiques de la qualité et du “transverse” dans plusieurs secteurs, dont ceux de la santé et de l’économie.
Au passage, elle évoque les similitudes et les différences entre secteur public et privé, les dynamiques en cours dans l’administration, du parcours de l’usager au management collaboratif dans les réseaux sociaux professionnels.
Ce dernier sujet sera spécifiquement développé par Arnaud Derathé, membre de son équipe.
Dans ce mouvement en marche, Brigitte Minette Tiberghien dessine fortement les enjeux, les objectifs, les chemins déjà parcourus et les projets en cours.

Auteurs: Brigitte Minette Tiberghien  Arnaud Derathé  16 pages  Parution: Transversus n°7

Quelle démarche pour réussir la mise en place d’un pilotage par les processus ?

De nos jours, piloter par les processus est un moyen pertinent pour que l’entreprise atteigne ses objectifs de performance. Cette manière de manager l’entreprise peut s’envisager de plusieurs façons. Plusieurs démarches sont possibles.
Celle qui est présentée dans cet article se résume en cinq points qui seront amplement commentés.
Cette démarche, très concrète et opérationnelle, a été utilisée avec succès au sein de plusieurs entreprises.
Elle offre, pour celui qui veut s’en inspirer, les différents ingrédients à mixer en fonction du contexte et de l’environnement de son organisation.

Auteur: Michel Raquin     9 pages    Parution: Transversus n°5

Règles, Métier et Processus, trois explorations appliquées au service public

Une méthode de travail originale fondée sur les échos permet à trois auteurs d’explorer trois termes : règles, métier et processus, et d’en écrire un livre.
Le but de cet article, après une rapide présentation de l’ouvrage, est d’appliquer cette méthode d’exploration au service public.
Que signifient règles, métier et processus dans le service public, quel est leur rôle, sont-ils des freins, des atouts ?
En analysant la vie et l’action politique de Gandhi, Laurent Chiozzotto montre comment la cohérence et les valeurs d’un
homme ont pu entraîner un peuple et changer un pays.
Pour Michel Raquin, l’approche processus peut être une solution pour simplifier les lourdeurs administratives de nos institutions. En analysant les nouvelles réformes voulues par l’Etat, il en mesure les limites et donne des pistes.
Dominique Fauconnier étudie le sens du mot métier dans le service public. Il en ressort : service à autrui, création de liens,
œuvre commune.  Notions présentes dans les entreprises et les administrations. Notions menacées par l’idéologie économique, dans le public comme dans le privé.

Auteurs: Laurent Chiozzotto  Michel Raquin Dominique Fauconnier   20 pages  Parution: Transversus n07

Start-up : pourquoi si peu de licornes en France ?

Les start-ups de la Silicon Valley rencontrent des succès mondiaux car leurs directions sont multidisciplinaires et multiculturelles. Leurs équipes doivent passer une partie de leur temps en dehors de leur spécialité et s’intéresser au marché, au client, au produit.
La dimension mondiale est présente dès leur création, aidée en cela par un mode de vie américain qui s’est mondialisé, des modèles économiques scalables et la pratique du productiviser.
La France à la Belle Epoque a su être mondiale et penser le progrès. Bien que sa médecine soit de réputation mondiale, elle pense l’innovation plus pour résoudre un problème que de changer la vie.
Toutefois, l’innovation ne suit pas toujours un modèle capitalistique comme Wikipédia ou le Jugaad. L’esprit de l’innovation de la Silicon Valley se caractérise par sa culture client.

Auteur: Guillaume Villon de Benveniste    6 pages    Parution: Transversus n°11

TRANSVERSUS N°11

La transversalité dans tous ses états

Pour approcher et traiter ce qui va de travers dans nos organisations, les approches transverses apportent des solutions puissantes et renouvelées. Notre environnement complexe et varié en donne plusieurs exemples.

L’industrie, depuis des décennies, optimise continûment son fonctionnement par des approches transverses, dans un monde assez formellement organisé. Les méthodes modernes de la qualité intègrent enfin toute cette dimension, les normalisations prennent un nouveau sens. Ces thématiques finalement anciennes trouvent un renouveau certain.

La recherche du sens devient cruciale, avec une emphase sur la valeur et les valeurs, l’utilité et les métiers. Ce sens ne peut réellement émerger que par appel à tous les savoirs, toutes les énergies.

Que ce soit dans le champ de l’analyse et de la modélisation, de l’action et de l’être, la prise en compte de toutes les interrelations est clé, dans une pensée systémique.

Une fois appréhendé, par réflexion ou émergence, le but, le “à quoi ça sert”, la vision ne peut se déployer, opérationnellement, que si on réussit à aligner suffisamment ce triangle :

  • technologies digitales (moteurs clés de l’innovation) ;
  • facteurs humains (culturels, émotionnels, esthétiques) ;
  • méthodes organisationnelles.

Tout est, au sens systémique, interrelié, de façon transverse.

De nouveaux modes d’organisation émergent, même si ce sont quelquefois seulement de nouvelles modes.

Mais, dans tous les cas, la transversalité apparaît presque toujours comme la meilleure voie “simplexe”, pouvant faire rapidement émerger les solutions simples avec des détours quelquefois complexes.

Tous ces aspects sont particulièrement développés dans les contributions, assez synergétiques, chacune avec leur “musique” personnelle, de cet opus de Transversus.

Direction de la rédaction: Jean-François David  &  Hervé Guyader     85 pages

TRANSVERSUS n°17

Quelle confiance pouvons-nous  prêter aux interfaces, les écrans de nos consciences?
Que font-elles de ces informations ? Que cherchent-elles à savoir de nous ? Ne jouent-elles pas un rôle dans nos représentations ? Ne sont-elles pas des biais qui altèrent ces représentations ?
Est-ce que nous nous en rendons compte ? Qui les installent dans nos machines, les imposent dans nos organisations ? Quels  enjeux techniques et philosophiques font-elles naître ?

Ce n° de TRANSVERSUS examine les interfaces dans tous leurs états. Interfaces humaines et artificielles, le rôle des sens, du visuel, de la parole, la confiance et ses biais, nos interfaces organisationnelles, dans nos entreprises d’aujourd’hui et de demain, 4.0 ou libérées.

Direction de la rédaction: Jean-François David  &  Hervé Guyader      107 pages

 

TRANSVERSUS n°1

Les processus sont les fils d’Ariane pour se mouvoir et  trouver son chemin dans les méandres des entreprises dont la complexité croissante morcelle les activités.
Connaître ses processus, c’est mettre en lumière les différents enchaînements, de  la demande du client à sa satisfaction. Le processus est transversal par nature.
Organiser l’entreprise selon cette orientation, exige une implication réelle de la direction générale et du management et commande la nomination de pilotes de processus, en charge de cette responsabilité transverse.
Militer pour ce nouveau mode de management et promouvoir le management par les processus, parce qu’il met l’emphase sur la fonction de pilote, rôle transverse par excellence, redonne du sens et de la transversalité aux organisations, tout en leur permettant d’atteindre plus sûrement leurs objectifs de performance.
Relier aussi tous les acteurs qui, à un titre ou à un autre, s’intéressent à ce mode de management, que ce soit selon l’axe
managérial, organisationnel, instrumental ou humain, a conduit le Club des Pilotes de Processus à créer un carrefour des différents points de vue, idées, recherches, témoignages, bonnes pratiques… sur le thème des processus, à travers la revue TRANSVERSUS.
TRANSVERSUS est une revue professionnelle dont les articles sont écrits par les meilleurs experts du sujet, afin que “piloter par les processus” implique “manager autrement”.
Voyons transverse pour penser et agir droit !

Michel Raquin                        Editorial de Transversus n°1  (93 pages)

TRANSVERSUS n°13

Vers de nouvelles organisations…

Les organisations évoluent, innovent dans un environnement de plus en plus technologique et également de plus en plus complexe.
Les succès spectaculaires des développements agiles modifient la relation des entreprises avec leurs clients, leurs parties prenantes. De nouveaux modes de management sont inventés par des start-ups innovantes….
Les technologies, les nouvelles applications modifient profondément le paysage des processus, dont une partie importante devient informatisable, voire robotisable, particulièrement pour toutes les activités de support.
Les mutations sociologiques induites, souvent anticipées brillamment depuis longtemps dans des études, deviennent cruciales, appelant à une entreprise plus libre… Ces nouveaux modes de management trouvent des dirigeants audacieux pour les implémenter de façon pérenne avec succès.
Certes, certains problèmes apparaissent : les technologies digitales créent des turbulences stratégiques et organisationnelles, où les anciens mondes ont quelquefois du mal à trouver leurs nouvelles modalités.
C’est clair, l’entreprise du XXIe siècle s’inventent sous nos yeux.

Ce numéro de Transversus, tout en abordant au fond les problématiques théoriques, nous montre des implémentations spectaculaires. Dans une grande liberté de ton, chaque article apporte dialectiquement sa contribution aux pratiques avancées des organisations.
Théories nouvelles pour l’entreprise, passages à l’acte significatifs, idées nouvelles, stimulantes et quelquefois polémiques, le monde de la transversalité est en marche…

Direction de la rédaction: Jean-François David  &  Hervé Guyader       83 pages

TRANSVERSUS n°18

Futur possible des organisations

2020, le monde ne sera plus jamais comme avant. La pandémie mondiale a bouleversé énormément de choses.
Toutes les thématiques que TRANSVERSUS a abordées depuis plus de dix ans seront probablement impactées. Le monde d’après sera-t-il vraiment différent ?
Il est sûr que la sensibilisation aux aspects globaux va modifier la perception de tous les acteurs, privés et économiques. Des dynamiques comme les approches de Responsabilité Sociale et Environnementale prennent du poids et beaucoup d’organisations passent à l’acte. Entreprises à mission, loi Pacte viennent à temps modifier le jeu.
On trouvera dans ce numéro 18 de TRANSVERSUS des concepts puissants allant dans ce sens, des plaidoyers sur les aspects planétaires et humains, des témoignages signifiants de dirigeants, consultants, philosophes.
Mais des changements organisationnels resteront totalement nécessaires dans ce cadre, et là encore les témoins, sociologues, dirigeants montrent les mutations nécessaires et en cours. Par ailleurs des livres publiés récemment, commentés ici, présentent sur ces problématiques des vues stimulantes et utiles.
Comment le monde digital va-t-il servir ces nouveaux défis ? La dialectique est complexe, le travail de demain ne ressemblera pas totalement à celui d’aujourd’hui. Comment agir pour ne pas générer trop de perdants ? Comment reprendre la maîtrise des chaînes de valeur dans un monde globalisé ?
Beaucoup de témoins dans cet opus mettent en avant les mutations nécessaires des formations, de leurs objectifs et de leurs méthodes.

Gérard Maillet

Direction de la rédaction: Jean-François David  &  Hervé Guyader      92 pages

TRANSVERSUS n° 2

Plaidoyer pour la pensée transverse

 

     Hervé Sérieyx

En éditorial de cet opus de Transversus, on trouvera des réflexions profondes et stimulantes de Hervé Sérieys, tepuis toujours promoteur passionné de la transversalité.
Il aborde entre autres notre conditionnement à la pensée en silos, explicite la nécessité de la transversalité pour de multiples raisons, de l’impératif  client au besoin d’interdisciplinarité, des “intelligences fédérées”…
Le rôle clé des mutations technologiques (réseaux sociaux,…)  est bien sur abordé.
Tout relier, ce concept systémique est central.
Il nous faut ainsi passer à une société de confiance, privilégiant le collectif.

86 pages….

 

TRANSVERSUS N° 4

Editorial                                         Au service des hommes et des résultats

Quelles sont les grandes tendances dans le monde plein de turbulences que nous connaissons ?
Comment aider les organisations à gagner sur les terrains multiples de ta compétitivité mondiale, de l’efficacité managériale, de l’innovation, de l’importance donnée aux individus (people matters, results count) ?
C’est La responsabilité majeure de tous tes acteurs du marché et particulièrement des sociétés de services et de conseil.

Les organisations sont en mutation permanente, au rythme des contraintes externes, des évolutions des désirs des clients. Cela donne lieu à des plans de transformation internes soumis à de fréquentes actualisations.
Leurs conséquences sont nombreuses sur tes hommes, tes méthodes et tes outils.
Les technologies, banalisées pour tous à travers Internet, les réseaux sociaux, le web 2.0 offrent des possibilités neuves à saisir par les organisations. Citons :

  • Le travail « dans Les nuages » (cloud computing) qui permet désormais une très grande souplesse opérationnelle, et facilite l’agilité, la possibilité de se reconfigurer en permanence.
  • L’explosion du volume des données (big data) et l’émergence d’outils informatiques puissants afférents pour les transformer en aide à la décision, en intelligence relationnelle avec les marchés et tes clients.
  • La mobilité et ses outils numériques, qui deviennent la base d’une totale mutation de la vie au travail.

Comment réussir l’alliance entre le métier d’une organisation et son futur, et les différents niveaux de son système d’information pour améliorer la performance globale de t’entreprise ? Une alliance réussie réclame la mise en cohérence des processus métiers avec les applications et les infrastructures du domaine.

Ma conviction profonde est que t’avenir est sans aucun doute dans une gestion souple, mobile, intelligente des transversatités de l’entreprise et de son environnement.

De nombreux articles de cet opus de Transversus illustrent ces aspects.
   Nicolas Dufourcq

Direction de la rédaction: Jean-François David  &  Hervé Guyader       95  pages

X