Aspects sociologiques et sociétaux

A la recherche d’une nouvelle norme « socioéconomique »

La stratégie opérationnelle est déployée à la lumière d’une approche mécaniste d’alignement entre le “comment” et le “avec”. Elle conçoit la relation entre l’individu et l’entreprise comme une transaction utilitariste, et assimile le pilotage des équipes à une allocation et une gestion de ressources qu’elles soient présentes ou pas.
Aujourd’hui, la recherche de compétitivité imprègne tous les étages de l’entreprise.  La demande des dirigeants à l’égard des équipes évolue vers une attente d’engagement individuel au service de l’entreprise et de ses objectifs légitimes de performance.
Il s’agit d’une émergence de survaleur sociale de performance, qui répond aux attentes fondamentales des équipiers : le sens du travail et la confiance mutuelle entre l’individu et l’entreprise, constituent les contreparties nécessaires à une mobilisation forte et durable.
“Mais améliorer sa performance, c’est d’abord ne pas la dégrader” et le désengagement lié à une non-qualité du travail réduit déjà la performance de nos entreprises.
Les collaborateurs sont alors en droit de réclamer un “engagement de transparence” aux dirigeants qui peut s’exprimer en ces termes :
Votre dogme de performance étant l’EBIT (le résultat opérationnel), nous vous accorderons notre confiance sur votre demande nouvelle d’engagement, à la condition que celui-ci soit mesuré au même niveau stratégique que l’EBIT et qu’il soit réciproque sur la qualité du travail prescrit.
On aura alors un IBET : Je parie sur le capital humain, qui viendra éclairer l’EBIT dans une lecture intégrée de performance “socioéconomique”.

Auteur: Victor Waknine   9 pages    Parution: Transversus n°5

Comment transformer l’entreprise ? En responsabilisant les salariés

Malgré une bonne santé économique, une entreprise connaît de graves dysfonctionnements internes.
Un audit permet de déceler des tensions chez les salariés, un manque de communication de la direction générale, et des incompréhensions entre le siège et les filiales.
Le projet de départ, établir une charte des valeurs, est alors suspendu afin de remédier à ces problèmes.
Grâce à l’écoute active et une communication rétablie, un socle de valeurs, reconnu par tous est accepté.
L’entreprise reprend un nouveau cap organisationnel. Plus transverse, plus participative, elle donne une nouvelle place aux
salariés, qui grâce à un transfert de compétences, prennent la direction de projets.
Les valeurs, l’écoute et la communication sont à l’origine ici d’un changement du management et permettent de lancer une dynamique.

Auteur:  Agnès Volle     10 pages   Parution: Transversus n°7

Dans les entreprises : du social, des processus, des machines et des hommes

Les entreprises sont des objets d’analyse tant pour en comprendre le fonctionnement que pour essayer de l’optimiser.
Cette analyse s’articule autour d’une triangulation permanente entre le travail, les personnes, leur perception sociale de ce travail, qu’on peut appeler les processus et les outils qui construisent ces processus.
Par outils, il faut entendre toute l’instrumentation formelle du travail. Depuis les fiches punaisées au mur, les guides des processus et les tableurs Excel, premiers éléments calculables, jusqu’à des systèmes de command control complets qui assurent la gestion.
Au sein des organisations on va donc trouver – là aussi plus ou moins formellement – des “pilotes” de processus qui sont garants de leur bonne exécution.
Ils pilotent en réalité ces trois dimensions : une réalité d’outils, qui sont des véritables systèmes, les processus, tels qu’ils imaginent qu’ils devraient être, et une réalité organisationnelle qui quelquefois échappe aux 2 premières dimensions…

Auteur: Alain Garnier   13 pages   Parution: Transversus n°10

Eloge des méthodes imparfaites

Il est de plus en plus difficile, pour les décisions de la vie professionnelle et personnelle, de savoir si on doit faire confiance aveuglément aux méthodes apprises ou s’il est préférable de se baser sur ses intuitions, quelquefois transgressives.
Dans un monde complexe et changeant, la liste des devoirs est longue, on peut se sentir coupable de ne pas tout faire suffisamment correctement.

Nous allons légitimer ici un certain droit à l’imperfection, évoquer un nouvel ensemble de méthodologies suffisamment imparfaites pour laisser la place à l’intuition individuelle et collective, préconiser les bons points d’équilibre entre les lois souvent mécanistes et les innovations et adaptations organiques, et peut-être approcher un… discours de la méthode.

Auteur: Jean-François David      20 pages   Parution: Transversus n°4

Esprit de Service … le sourire en plus…

L’attractivité des pays, la compétitivité et la survie des organisations modernes dépendent de la qualité de la prestation, du juste prix, de l’excellence de la relation, de l’innovation permanente. Mais aussi de la recommandation des clients, des citoyens, et des visiteurs étrangers, de l’attitude et de l’engagement de chaque maillon de la chaîne du service, de la prise en compte des externalités de l’activité.
Mais comment susciter l’enchantement des clients ? L’implication des collaborateurs ? Pourquoi l’attention au client, à l’usager, au patient devient-elle cruciale ? Pourquoi les formations aux soft skills se multiplient ?
L’approche est en effet systémique, toutes les dimensions sont clés pour atteindre cette excellence : le customer centric, la fluidité des mécanismes de l’entreprise, l’implication des collaborateurs, le style managérial, dans une stratégie (la “raison d’être”) qui doit être déterminée, cohérente, comprise, appropriée.
L’exemplarité du Comex et des managers est en ce sens essentielle dans ce monde de communication plus ou moins maîtrisée.
Un mouvement de fond, qui concerne toutes les organisations, privées et publiques, est désormais enclenché puisque dans une économie servicielle, c’est précisément l’expérience vécue qui fait la valeur. Les transformations récentes de certaines entreprises, par exemple de La Poste, ont été, sous certains aspects, exemplaires de ce nouvel Esprit de Service.

Auteur: Xavier Querat-Hement      12  pages    Parution: Transversus n°15

Expérience Collaborateur: quelques enjeux…

Dans un monde digital en changement permanent, il est essentiel de faire vivre aux collaborateurs une expérience unique, fluide et enthousiasmante. Leurs talents, leurs compétences sont devenus des facteurs différenciants.
Grâce à eux  l’entreprise s’adapte aux changements, innove et conquiert de nouveaux marchés.
Cependant, les nouvelles générations s’appuient sur de nouvelles méthodes de travail. Leur rapport à l’emploi, leur attachement à l’entreprise sont plus relatifs que les générations passées.
C’est pourquoi, l’expérience collaborateur est aujourd’hui devenue un enjeu.
L’entreprise doit-elle se focaliser sur le style managérial ou sur les mutations organisationnelles nécessaires ?
Donner du sens au travail, à sa vision, savoir intégrer une pluralité d’identités dans sa culture, définir clairement les libertés et les règles de ses employés, reconsidérer ses valeurs permet à l’entreprise de concevoir un bon design de son organisation.

Auteur: Corinne Samama    10 pages   Parution: Transversus n°16

Hyperconnectivité : objets, hommes, organisations

Difficile, dans notre monde, de ne pas être du tout connecté.
Même sans le vouloir. De plus il y a un certain ostracisme des non-connectés, considérés comme ignorant les progrès. Il est bien d’être également branchés, à tous les courants de pensée, à l’actualité brûlante, d’avoir son réseau actif… Il faut donc se connecter : ne pas être déconnecté, être dans le monde !
Edgar Morin, dans son long parcours de recherche systémique aboutit à l’idée que pour qu’un système soit “intelligent”, pour
évoluer positivement dans un monde complexe, tout doit être “relié, relié toujours” !
Se connecter : c’est souvent juste avant de s’engager, comme on dit, en vocabulaire commun, qu’on “se branche” avec quelqu’un avant d’aller plus loin. Se brancher, ce peut être le premier pas volontaire, poussé par la pulsion amoureuse ou par l’instinct grégaire, permettant de sortir de soi, de sa bulle. On essaie de se brancher sur une nouvelle culture, ou vers une nouvelle relation !
Mais ensuite, cela va-t-il être le bonheur ou une prison de plus ?
Les connexions vont-elles être des enfermements ou des espaces de liberté ? Comment trouver les bons équilibres, dans notre temps, toujours contraint ?

Auteur: Jean-François David     6 pages     Parution: Transversus 9

Imaginer le travail au XXIe siècle

Le travail, dans toutes ses acceptions, connaît une profonde remise en cause. Mutation de son contenu, changement du comportement des salariés, réduction du nombre d’emplois disponibles s’observent dans tous les pays matures.
Une croissance durablement molle dans nos pays conduit à une augmentation du taux de chômage et un alourdissement des coûts de la solidarité.
Cette situation est critique et appelle des réponses toniques. Or, comme à chaque grande étape de l’histoire, c’est l’innovation technique et sa diffusion dans la société qui vont induire un renouveau.

Cette innovation s’appelle, en ce début de XXIe siècle, le numérique.
Comprendre comment le numérique va bousculer notre vision classique du travail et transformer la production de richesses est aujourd’hui un impératif.
En effet, vouloir relancer la créativité et la confiance dans le futur avec les solutions du passé serait illusoire. Intégrer dans la réflexion et l’action la transformation actuelle de la production et de la diffusion de connaissances est devenu urgent.
Mais c’est un défi complexe tant notre conception du travail, qui s’enracine dans un inconscient profond, se traduit par des règles difficiles à faire évoluer.

Auteur: Jean-Pierre Corniou     7 pages    Parution: Transversus n°4

Innovation et Processus bancaire

Le Compte-Nickel est un service de compte bancaire alternatif et de moyen de paiement français, créé en 2012 par la société la Financière des paiements électroniques (FPE).
C’est le premier “compte sans banque”.
Pour en ouvrir un, il suffit uniquement d’une pièce d’identité et d’un numéro de téléphone mobile. Ce dernier est actif immédiatement et prend 5 minutes à être ouvert. À l’ouverture d’un compte, l’on obtient un RIB, une carte bancaire MasterCard et le code de cette dernière, pour la somme de 20 euros (frais annuels).
Il est distribué principalement à travers le réseau de buralistes en France métropolitaine et à travers des commerçants de proximité aux Antilles françaises. A la tête de ce projet innovant, deux fondateurs, Ryad Boulanouar, ingénieur en électronique et Hugues le Bret, financier.

Auteur: Hugues le Bret     11   Pages  Parution: Transversus n°12

Inspirer leaders et organisations par la transformation

Les transformations organisationnelles atteignent rarement leurs objectifs.
Parmi les raisons de ces modestes résultats, les démarches d’amélioration continue, comme le Lean, et l’engagement des employés.
Afin d’atteindre le leadership, il faut rattacher l’entreprise et ses employés à un Pourguoi qui les dépasse, savoir passer de la motivation à l’inspiration et agir simultanément sur les dimensions intrinsèques et extrinsèques des individus et de l’organisation.  Le but est la création d’une communauté inspirante dans laquelle  entreprise comme individu se réalisent.
Une transformation Lean ne réussit qu’en prenant en compte les valeurs physiologiques et les émotions, en s’inspirant des outils, méthodes et principes du Lean gui permettent de tracer sa propre voie au Lean.

Auteur:   François Durnez     14 pages   Parution: Transversus n°11

La RSE en marche : témoignage et questionnements

C’est assez passionnant de suivre l’aventure de la société ADAM, aujourd’hui à la pointe des pratiques RSE
en France. Cet interview explicite, à travers l’histoire de l’entreprise et les dynamiques actuelles, comment un
dirigeant peut, pour une PME développer une stratégie totalement gagnante en capitalisant sur ces
pratiques de Responsabilité Sociétale et Environnementale.

Auteur: Jean-Charles Rinn                     13 pages                    Parution: Transversus n°18

Le rôle du visuel en management

Dans nos relations au monde, l’interface visuelle est cruciale. Notre culture occidentale nous fait favoriser le verbal, le textuel au détriment de l’image, plus riche, plus expressive.
Comment se réapproprier toutes les richesses de la communication visuelle, particulièrement pour  les managers  en entreprise ?

Auteure: Marie Caron                24 pages      Publication: Transversus n° 17

 

Le Sociologue et les Pilotes de processus : un dialogue fructueux entre François Dupuy et le C2P

Les relations entre François Dupuy et le C2P se sont établies depuis de nombreuses années. En particulier, la publication de ses récents ouvrages a suscité dans notre Club beaucoup de débats. Il y a eu entre autres des fiches de lectures dans cette revue, une importante réunion plénière au cours de laquelle les participants ont débattu sur les éléments des deux premiers opus de Lost in management.

La sortie du nouvel ouvrage de François Dupuy On ne change pas les entreprises par décret1, a donné l’occasion de l’inviter à une plénière du Club et d’engager un dialogue approfondi avec lui.
François Dupuy parle beaucoup les “process”.
Pour le Club des Pilotes des Processus, il était très intéressant de confronter nos différentes conceptions des processus, de l’organisation, du pouvoir dans les entreprises, de la mise en œuvre des processus et des reportings, du fait que selon lui plus les décisions se multiplient moins le contrôle est grand, sur les notions de confiance et de simplicité que l’on retrouve dans le dernier ouvrage.

Auteur: François Dupuy           14 pages        Parution: Transversus n°18

Les objets connectés, nouvelle frontière de l’informatique du XXIe siècle

Les réactions que suscitent les objets connectés, autant d’espoir que de méfiance, caractérisent les évolutions technologiques majeures.
Les objets connectés, grâce à des capteurs et Internet, entrent en communication et échangent des données massives. Ils constituent un composant majeur de la troisième révolution industrielle. Ils poussent également à une réorganisation des réseaux et des échanges.
Leur application dans le domaine médical crée une opposition entre les firmes privées visant le marché du bien-être et du loisir, et les Etats, sous contraintes budgétaires, privilégiant les aspects scientifiques et les politiques de santé publique.
Dans les deux cas, la masse des données privées collectées et échangées est considérable. Leur exploitation invite à penser l’usage de cette technologie dans sa dimension éthique.

Auteur: Jean-Pierre Corniou    9 pages    Parution:  Transversus n°9

Mon coach en management a cinq ans !

Cet article est une rencontre entre deux mondes rarement mis en perspective : la pédagogie et le management. Le point de vue développe ici en quoi et comment les principes de l’éducation positive peuvent  être une source d’inspiration fertile pour le manager. L’article discute de quatre des principes fondamentaux de la pensée de Maria Montessori…

Nous en-formons le Monde

La numérisation en profondeur de notre société provoque par vagues successives une déstabilisation de nos principaux repères.
Il est urgent de retrouver une façon de concevoir notre monde adaptée à cette métamorphose et la notion de Métier en suggère une.
Ce mot nous permet l’accès à une culture professionnelle encore présente en nous et reposant sur le plaisir du geste juste.
Le constat est le suivant : lorsqu’un artisan crée une œuvre, il trans-forme une matière, il lui donne une autre forme.
Il en est de même pour le mot informer qui vient de en-former,
donner une forme.
Métier et Information apparaissent comme intimement liés car tous deux évoquent une forme que l’on donne. Par nos métiers, nous ne cessons de trans-former nos réalités et
d’en-former ainsi le monde. La continuité de ce geste nous vient du fond des âges et se prolonge aujourd’hui sous nos yeux.

Auteur: Dominique Fauconnier    10 pages  Parution: Transversus n°11

 

X